Les recos de l’équipe : les films les plus sous-estimés (1/2)

SensCritique
7 min readNov 21, 2023

Certains films sont comme des plats un peu épicés… c’est tentant, mais on a toujours peur d’y laisser son palais. Il est grand temps d’enlever le couvercle du plat, de sortir des sentiers battus, et de soulever le rideau du préjugé.

On vous propose de sauver des abîmes des films oubliés, conspués et mésestimés. De partir à la rencontre de joyaux méconnus, attendant d’être découverts ou redécouverts. Préparez-vous à être étonnés, amusés, et peut-être même à faire quelques trouvailles alléchantes avec les recommandations de notre équipe, première partie !

Fire of Love (7.8) — Agathe

Nommée dans la catégorie du meilleur documentaire à la dernière cérémonie des Oscars, cette histoire d’amour et de volcan a séduit la communauté SensCritique. Avec une note globale de 7.8 et seulement 1100 notes, ce documentaire est cependant resté assez confidentiel.

Il est pourtant disponible sur la plateforme Disney+ : aucune excuse de ne pas laisser ce film d’amour volcanique faire éruption dans votre vie. Si ce n’était pas déjà fait, l’avis de PCollege sur le film saura vous convaincre : « Sans ce film, je me serais vraiment demandé comment j’aurais trouvé captivant un biopic sur un couple de vulcanologues, et bien il suffisait de le réaliser comme l’a fait Sara Dosa, avec un équilibre parfait de contemplation et de beauté. Bravo ! »

À découvrir sur Disney+.

Stéphane (6.8) — Agathe

Réalisé par les vidéastes Timothée Hochet et Lucas Pastor, cet ovni produit par Canal+ se présente comme un faux making-of à la frontière des genres, où règnent malaise et situations cocasses, pour une moyenne plus qu’honorable de 6.8.

Comme nous le dit Seb C. : « C’est un film horriblement drôle, qui passe son (court) temps à naviguer dans les eaux troubles de la comédie d’horreur indépendante pour rejaillir au soleil des oeuvres totales et sans compromis. »

À découvrir sur Canal+.

The King of Staten Island (7) — Carla

Le réalisateur de la comédie culte 40 ans toujours puceau signe ici un film plus intimiste et réflexif que ses précédents métrages. Film semi-biographique sur la vie de Pete Davidson, dont le père, pompier de la ville de New York, est mort en service lors des attentats du 11 septembre.

Avec une note de 7, cette histoire de deuil et de reconstruction a su émouvoir les membres de SensCritique, tel que DanielOceanAndCo : « The King of Staten Island est le meilleur film de Judd Apatow, qui pousse son style à son paroxysme, qui raconte une histoire particulièrement touchante et porté par un casting d’exception. Un vrai coup de cœur !! ».

Préparez-vous aussi à être touché-coulé en plein coeur.

My Own Private Idaho (6.9) — Carla

Lauréat du prix de la critique au Festival de Deauville en 1991, le film n’est pourtant pas le plus connu de son réalisateur. Avec moins de 6000 notes, le film de Gus Van Sant offre LE grand rôle au regretté River Phoenix et participe à faire connaitre au grand public “l’homme le plus cool du monde” en la personne de Keanu Reeves.

Comme Mil Feux, ce classique du cinéma indépendant américain ne vous laissera pas indifférent : « Ce film laisse de profondes traces derrière lui, entre tragédie et contemplation frustrée, que nous ne sommes pas prêts de faire cicatriser de sitôt. Une expérience qui trouble, absolument envoûtante. »

Mes amis (5.4) — Guillaume

Vous connaissez probablement Michel Hazanavicius pour les OSS 117, The Artist ou encore La Classe américaine. Mais avant tout ça, il y avait Mes amis avec Yvan Attal et Karine Viard dans les rôles-titres.

Un coup de coeur pour cineman75 qui est ressorti indemne de son visionnage : « Photographie réussie de notre société, de consommation, ou le pouvoir peut changer de main, comme cela, juste en claquant des doigts.. Oui “mes amis”, est un “non film” d’amitié, avec une distribution aux petits oignons, et délicieusement cynique. »

Max et les Maximonstres (6.7) — Manu

Auteur de films comme Dans la peau de John Malkovich, Adaptation ou encore Her, Spike Jonze est remarquable pour son originalité, sa créativité unique, faisant de lui l’un des réalisateurs les plus talentueux de sa génération. Ce talent, il le confirme auprès de la communauté avec Max et les Maximonstres.

Véritable ode à l’enfance, cette épopée onirique saura à coup sûr parler à l’enfant qui est en vous. C’est de toute évidence le cas pour Miho : « Ce film m’a vraiment touché et ému. Il a réveillé en moi une palette d’émotions oubliée, il m’a fait peur, rire, pleurer et il m’a rappelé qu’à dix ans aussi on peut ressentir de grandes choses. » Maxi-émotions garanties !

Secrets et Mensonges (7.3) — Manu

Habitué des prix glanés dans les festivals les plus prestigieux, le cinéaste britannique Mike Leigh remportait avec Secrets et Mensonges la Palme d’or en 1996. Explorant la complexité des relations familiales, ainsi que les préjugés raciaux de la société britannique, les thèmes abordés par le film ont sans aucun doute séduit les membres de SensCritique, avec une note de 7.3.

C’est également l’avis de Thaddeus dans sa critique : « Emblème d’une œuvre drôle et poignante, parfois cruelle mais étonnamment apaisée, s’obstinant à créer le lien avec l’autre, à le dénicher, à le magnifier. Une œuvre qui ne parle que d’amour et d’affection, d’aspirations profondes et de l’inexorabilité du temps qui passe, autrement dit, que d’essentiel. »

Birth (6.7) — Antoine L.

Un film à moins de 2000 notes avec Nicole Kidman en tête d’affiche ? Oui ça existe. Deuxième long-métrage du réalisateur Jonathan Glazer, le cinéaste aborde dans Birth une histoire d’amour entre Ana, une jeune femme de presque quarante ans, et un garçon de dix ans qui prétend être la réincarnation de son défunt mari…

Un film aujourd’hui reconsidéré par le public — et notamment la communauté SensCritique — qui consacre le film avec une note respectable de 6.7. C’est ainsi que cinemusic loue son originalité, évoquant un film aussi dérangeant que fascinant : « Birth est un film passionnant, dérangeant et bourrés de significations. Du cinéma rondement mené et personnel comme on l’avait rarement vu. »

Trop belle pour toi (6.6) — Antoine L.

Placez Josiane Balasko, Gérard Depardieu et Carole Bouquet au coeur d’un triangle amoureux. Enveloppez le tout avec une mise en scène signée Bertrand Blier, et vous obtiendrez la quintessence du savoir-faire du cinéma français.

Trop belle pour toi a su impressionner certains membres à l’instar de Truman : « Ce film est beau, original, drôle par moment, écrit avec une plume de maitre, et Blier offre une vision de l’amour et de la vie comme on en voit si peu. »

Athena (5.7) — Clara

Sorti sur Netflix en 2022, le troisième long-métrage de Romain Gavras a plutôt été bien accueilli à la 79ème édition de la Mostra de Venise, mais a grandement divisé les spectateurs lors de son arrivé sur la plateforme.

Certains ont su déceler la force du récit et place le film comme un incoutournable de ces dernières années, comme Gaël Delachapelle : « Romain Gavras livre avec Athena une grande tragédie de cinéma, doublé d’un brûlot politique dont la portée se mêle parfaitement au mouvement de son grand opéra furieux et chaotique. Sidérant. »

À découvrir sur Netflix.

Et si ça ne vous suffit pas (ou que vous avez tout vu, mais ça on a du mal à y croire…), une seconde partie arrive très vite avec d’autres découvertes !

Découvrez notre vidéo :

--

--